Les mesures de soutien et les services pour personnes ayant un handicap

Moderniser les mesures de soutien et les services pour personnes ayant un handicap

Le Nouveau-Brunswick a le deuxième taux de personnes ayant un handicap en importance au pays, soit 35,3 %, et de nombreux membres de cette population ont besoin de soutiens et de services qui leur sont destinés pour participer activement à la vie communautaire. Il y a encore un grand nombre de jeunes adultes ayant un handicap qui vivent en milieu institutionnel, y compris les foyers de soins, supposément destinés aux personnes âgées pendant leurs dernières années de vie. Il n’est pas rare que les personnes ayant un handicap n’aient à vrai dire aucun choix quant à l’endroit où elles vivent et au soutien qu’elles reçoivent.

Ce que nous préconisons :

  • Éliminer la pratique consistant à placer les jeunes adultes en milieu institutionnel. Élaborer, adopter et financer une politique D’abord chez soi pour aider les adultes de moins de 65 ans ayant un handicap à vivre à l’endroit où ils veulent et avec les personnes qu’ils veulent.
  • Aider les personnes vivant actuellement en milieu institutionnel à emménager dans un logement de leur choix dans la communauté.
  • Moderniser les programmes et la législation sur les services aux personnes ayant un handicap de sorte à mettre l’accent sur les soutiens individualisés, ainsi que sur le choix, le contrôle et l’autonomie pour les personnes ayant un handicap.

Le Nouveau-Brunswick a le deuxième taux de personnes ayant un handicap en importance au pays, soit 35,3 %.

Réforme de l’aide sociale

De nombreux Néo-Brunswickoises et Néo-Brunswickois ayant un handicap intellectuel ou développemental dépendent de l’aide sociale pour leur revenu, mais ils vivent dans une pauvreté extrême.

Les prestations d’aide sociale du Nouveau-Brunswick sont les plus basses au pays. Une personne ayant un handicap qui vit seule reçoit au plus 886 $ par mois pour subvenir à ses besoins fondamentaux. De plus, le Nouveau-Brunswick impose certains des critères les plus stricts au pays pour l’accès aux prestations provinciales de revenu d’invalidité, ce qui fait que de nombreuses personnes doivent vivre de l’aide sociale de base, à raison de 637 $ par mois.

L’exemption salariale actuelle du Nouveau-Brunswick, qui se veut une exemption complète sur la première tranche de 500 $ de revenu net gagné par mois plus une exemption de 50 % sur le solde, est trop faible.

Ce que nous préconisons :

  • Augmenter les prestations d’aide sociale pour les personnes ayant un handicap pour que le minimum soit de 1500 $ par mois.
  • Définir et mettre en œuvre des critères d’admissibilité moins restrictifs qui sont ouverts, équitables et transparents et qui comportent un droit d’appel, un recours offert dans d’autres provinces.
  • Améliorer la politique actuelle sur les incitatifs à l’emploi afin de faire passer l’exemption salariale à une exemption complète sur la première tranche de 800 $ de revenu net gagné par mois, plus une exemption de 50 % sur le solde.

Les prestations d’aide sociale du Nouveau-Brunswick sont les plus basses au pays.

S’abonner à notre
E-blasts

Nom(Nécessaire)
Courriel(Nécessaire)